Ryma arrive aux Etats-Unis

Elle s’appelle Ryma, une jolie petite Algérienne qui a cinq ans. Elle habite avec son père Abdenour et sa mère Lila dans la ville d’Alger.


Après un long voyage de 15 heures via Francfort en Allemagne, la petite famille est arrivée en Ohio (USA), et plus précisément à la très jolie ville de Toledo (155 km à l’ouest de Cleaveland), pas loin du grand lac Erie.

Le déplacement en Amérique est un peu particulier car Ryma est malade et va subir une intervention chirurgicale un peu complexe. La petite fille souffre d’une malformation qui s’appelle La lipomyéloméningocèle, une anomalie congénitale causée par une masse qui colle à la colonne vertébrale et qui fait partie des pathologies de la famille Spina Bifida. Cette maladie avait causé à Ryma un véritable handicap en matière de mouvement mais aussi affecté ses fonctions neurologiques. Ledit handicap évoluera en gravité au fur et à mesure que l’enfant avance dans l’âge.

C’est pour cette raison que la jeune Algérienne se trouve aujourd’hui en Ohio pour une évaluation avant qu’elle soit admise au Mercy Children’s Hospital de Toledo pour l’opération. Il faut dire que, dans cette ville, presque tout le monde est au courant de la venue de la petite fille.

D’ailleurs, cette histoire a été le sujet d’un petit reportage au niveau de la télévision locale, et où on a pu voir la petite fille habillée en rose s’adonnant au dessin, avec l’aide d’une éducatrice. Mais la question qui se pose actuellement: qui a payé et qui payera pour tout cela? Avant de répondre, il faut bien souligner que Ryma va être opérée gratuitement par le Docteur Azedine Medhkour, un neurochirurgien de Toledo, dont les performances ne sont pas démontrer. Modeste, Azedine est de ceux qui n’ont jamais changé d’horizon.

Dès qu’il rentre en Algérie voir les siens, il se voit envahi par cette obligation morale de venir en aide à sa communauté mais surtout à faire du bien en direction des gens sans grade. Il se met à l’attaque contre cette Spina Bifida et aurait déjà diagnostiqué plusieurs enfants dont certains peuvent être candidats à l’intervention chirurgicale. Mais un tout petit nombre de médecins locaux commencent déjà à crier au loup en voyant d’un mauvais oeil ce que fait le Dr Medhkour et avant lui Docteur Stambouli de Washington DC. Des accusations gravissimes et des dérapages impardonnables furent enregistrés après la guérison d’un enfant transféré en juillet 2008 vers le Minnesota (USA) pour la même maladie. Pour rappel, un conflit avait éclaté entre la mère de cet enfant (qui avait préféré rester aux Etats-Unis en demandant le statut de réfugié, lequel n’était pas compatible avec le visa qu’elle avait demandé à Alger) et l’association algérienne du Grand Washington AAAGW. La cause fut la somme qui restait de la collecte.

Etant donné que c’est l’association qui a organisé et reçu les dons, la loi américaine exige que toute association doit être juridiquement responsable de ses dépenses, et l”AAAGW comprend très bien ce que veut dire mouvement d’argent après le 11 septembre 2001. Or la mère de l’enfant ne voulait rien savoir.

Elle demandait que toute la somme lui soit transférée car il s’agissait de son fils et l’argent fut donné à ce dernier.

Ce qui lui a été refusé puisque l’association estime que seules les dépenses liées au traitement et aux besoins de l’enfant soient remboursées mais pas tout le montant (27 000 dollars) livré d’un seul coup pour faciliter des démarches d’immigration et d’installation. Une fois ce feu à moitié éteint, voilà qu’une autre voix du côté de Blida estime que le cas de Spina Bifida est bien pris en charge en Algérie et que le transfert des enfants cache derrière des desseins inavoués (Tiens, tiens!). Selon le journal El Watan du 3 octobre, la situation des enfants atteints de Spina Bifida serait terrible à cause d’un système de santé mis en capilotade, et qui n’arrive pas à y faire face. Si l’indicatif de 15 enfants touchés sur 1000 frappe durement toute raison, il n’en demeure pas moins qu’il se place dans une exception incontestablement mondiale.

Revenons maintenant au coût de toute l’opération Ryma pour mentionner que le déplacement d’un enfant malade d’Alger jusqu’en Ohio pour des soins n’est pas chose facile, surtout lorsqu’il est accompagné de ses parents. Bien que la famille ait elle-même payé le voyage, le séjour va être couteux puisque elle va rester presque 8 semaines, même si Toledo est une ville abordable du Midwest (en terme de Cost of Living – coût de la vie).

Pour cela, les Algériens résidant aux USA et au Canada doivent relever le défi et participer à l’effort fait par l’organisme international ISOH-IMPACT au www.isohimpact.org. Cet organisme reconnu mondialement prend en charge beaucoup de cas comme celui de Ryma.

Donc, allez à ce site pour s’informer et faites votre don. Une case est réservée pour un don en ligne: Donate to Ryma’s Care. 10 dollars, 20 dollars selon vos moyens. Le présent article pourrait être répercuté par celui qui le désire afin de donner la chance à des petits non seulement de se libérer de cette douleur atroce mais encore d’avoir au moins le droit à une vie normale. Hier, c’était Ayoub Hamdi, aujourd’hui c’est Ryma et demain ça sera un autre enfant.

Jointe par téléphone, Lila la mère remercie vivement l’ambassade des Etats-Unis. Sa reconnaissance envers le Dr Medhkour est sans limite. Par contre, elle est furieuse contre une banque algérienne qui lui a délivré une carte de crédit inutilisable.

Par E. Zouaimia : New York/Le Quotidien d’Oran

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :