Pirates marocains et algériens s’affrontent sur le web

Ce n’est pas la première cyberguerre à laquelle se livre les Marocains et les Algériens. La dernière remonte à novembre 2010. Des hackers marocains avaient piraté le site internet de l’ambassade algérienne aux Etats-Unis. Les pirates avaient laissé derrière eux un drapeau marocain ainsi qu’un fond sonore de l’hymne national marocain sur le site. Après un an de répit, la cyber-rivalité entre les deux pays est de retour.

La cyber-guerre entre les deux pays a commencé lundi dernier, au lendemain du discours du Roi Mohamed VI prononcé à l’occasion du 36ème anniversaire de la Marche Verte. Dans ce discours, le souverain réitère sa volonté de sauvegarder l’intégrité territoriale du Maroc et insiste sur le fait que la nouvelle Constitution prévoit de nouveaux acquis démocratiques aux populations du Sahara, comme par exemple l’intégration de la langue hassani dans l’identité culturelle marocaine.

Par ailleurs, dans ce même discours, le souverain tend la main à l’Algérie pour construire un Maghreb uni et fort et l’invite à installer une stabilité durable dans la région sahélo-saharienne.

La cyber-guerre est déclarée

Si on en croit l’Agence France Presse, ce sont les Marocains qui auraient commencé cette cyber-guerre. Des hackers marocains auraient piraté lundi dernier, le site de la direction générale des impôts en Algérie www.mfdgi.gov.dz. Selon l’AFP, ces pirates du web se sont présentés comme des nationalistes marocains défendant la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Ils ont laissé un message sur la page d’accueil du site disant :

« les forces dissuasives marocaines défendent les intérêts suprêmes du royaume » et présentent leur acte comme de la « légitime défense ».

Le site algérien d’information Tout sur l’Algérie précise également que la devise royale « Dieu, la patrie, le roi » accompagné d’une carte du Maroc avec au cœur le drapeau marocain avait été laissée sur la page d’accueil du site de la direction générale des impôts. A l’heure actuelle où nous rédigeons cet article, le site de la direction générale des impôts n’est toujours pas accessible et comporte seulement la mention « Site non disponible ».

Par ailleurs, TSA évoque également le piratage d’autres sites d’institutions gouvernementales et d’établissements financiers par les marocains comme par exemple la Bourse d’Alger.

Réplique algérienne

De leur côté, les hackers algériens n’ont pas tardé à répliquer. Ce n’est pas un mais une centaine de sites qu’ils ont piraté hier soir, précise TSA qui n’a pas hésité à publier les adresses internet de dizaines de sites marocains piratés. Ils sont au total, 174 sites d’entreprises et d’institutions marocaines à avoir été piratés.

Les hackers algériens ont posté des messages « en réponse à un groupe de marocains idiots », déclarent-ils. Ils n’ont pas manqué, eux aussi de mettre une photo du drapeau algérien ainsi qu’une signature « Algérian hacker ».

Ce soir, une grande partie des sites marocains piratés hier soir par les hackers algériens affichent normalement leur page d’accueil. Certains restent, néanmoins, inconsultables.

Par Hanane Jazouani/ Yabiladi.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :