Chute des cours du pétrole: Une perte de 20 milliards de dollars pour l’Algérie

Des appréhensions justifiées d’ailleurs si l’on se réfère aux dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI). L’institution de Bretton Woods indique, dans sa mise à jour des perspectives économiques régionales pour la région Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale, que la chute des cours du brut devrait se traduire par une perte importante des revenus de ces pays.

baisse-prix-petrole

Un manque à gagner de pas moins de 300 milliards de dollars, rien que dans les pays du Conseil de coopération du Golfe. Chose qui ne manquera pas d’avoir un impact sur la croissance, particulièrement dans les pays exportateurs de la région Mena, dont les prévisions baissent d’un peu moins d’un point (-9%) pour l’année 2015 et 2015 par rapport aux prévisions d’octobre 2014 fixées respectivement à 3% et à 3,7%.

L’Algérie n’échappera donc pas à la tendance. Et si celle-ci a réussi à limiter la chute des cours du brut, lesquels ont perdu 55 % de leur valeur depuis juin 2014, les données du FMI inquiètent. En termes de revenus issus de l’exportation du pétrole et du gaz, l’Algérie risque de perdre pas moins de 20 milliards de dollars en 2015. Plus qu’une perte de revenus à l’export, c’est le budget de l’Etat qui devra absorber un lourd contrecoup. Largement dépendante des hydrocarbures, l’Algérie enregistre un prix d’équilibre budgétaire pour 2015, supérieur à 120 dollars, d’après les données du FMI. Partant de là, l’institution de Bretton Woods prévoit un solde budgétaire négatif pour notre pays de 15,1% du Produit intérieur brut pour l’exercice en cours.

Il va sans dire que le Fonds modère son propos, estimant que notre pays dispose encore de «disponibilités de marge financières à court terme substantielles», celles-ci sont insuffisantes pour assurer un semblant «d’équité pour les générations futures». Autrement dit insuffisantes pour faire face à une crise à moyen et long termes.

Constat inquiétant du FMI, lorsqu’on sait que celui-ci, tenant compte des facteurs aléatoires présidant à l’évolution des marchés pétroliers, n’exclut pas  des contraintes et des pressions sur les budgets des pays exportateurs de pétrole pendant encore «plusieurs années». Il conseille néanmoins à ces pays  «d’éviter de réduire brutalement leurs dépenses en dépit de l’évolution défavorable du marché pétrolier».

Et d’insister cependant sur le fait que la baisse des prix du pétrole rend plus urgents la réforme des subventions énergétiques et le changement de modèle de croissance économique dans ces pays. La question des subventions est d’ailleurs un dossier qui fâche, notamment en Algérie. D’après les données recoupées par les deux économistes, Nour Meddahi et Raouf Boucekkine, celles-ci avoisineraient, dans le cas des produits énergétiques, les 2000 milliards de dinars. Dans ce sens, le FMI note qu’en Algérie, «l’ajustement  budgétaire, en réponse à la chute des cours du pétrole prendra notamment la forme d’une réduction des transferts  courants et d’une augmentation des recettes fiscales».

Légère hausse des prix

Les cours du pétrole sont repartis à la hausse, hier, après l’annonce de la mort du roi Abdallah d’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial d’or noir. Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars s’appréciait  à 47,30 dollars, à 2h30 GMT dans les échanges électroniques en Asie après être monté de 3,1% à New York.

Le baril de brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance montait de 1,01 dollar, ou 2,08%, à 49,53 dollars, avec un écart de 2,2 dollars par rapport au WTI, contre 1,04 dollar le 16 janvier. Malgré ce sursaut, les cours du pétrole erratiques depuis le début de l’année sont en repli de plus de 3% cette semaine. Le baril de pétrole a perdu plus de 50% de sa valeur depuis son pic de juin 2014 sous l’effet de la surabondance de l’offre — aggravée par la hausse de la production américaine — et d’une demande atone. Selon des analystes, la mort du roi Abdallah ne devrait pas jouer de façon significative sur les prix du brut dont de nombreux analystes pensent qu’ils s’approcheront au cours du premier semestre du seuil des 40 dollars, voire en deçà.   Rédaction Economie

Roumadi Melissa/ El Watan
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :