Charlie Hebdo: L’étrange théorie de Valérie M., « dernière compagne de Charb »

Sous couvert d’anonymat, Valérie M. met en doute « la thèse du terrorisme islamiste » dans l’attentat du 7 janvier.

4550872_7_cc45_charb-directeur-de-la-publication-de-charlie_93a3ef01e4322a6b355836ad768ffb2c

« Je veux connaitre la vérité », explique Valérie M., présentée comme dernière compagne de Charb. Cette femme avec qui il entretenait une relation depuis plusieurs année raconte au « Parisien » les dernières heures qu’elle a passé avec le directeur de « Charlie Hebdo », le matin de l’attentat du 7 janvier. Et s’interroge sur les raisons de l’attentat. Selon elle :

« La vérité sur l’attentat de Charlie Hebdo est encore loin ».

Une voiture au pied de l’immeuble 

Nous avons passé la nuit chez lui, dans le quartier Montorgueil. Après le réveil, Charb est parti chercher des croissants à la boulangerie. En revenant, il avait l’air soucieux : il m’a raconté avoir repéré en bas de son immeuble une voiture noire aux vitres teintées, de marque Peugeot ou Renault. »

Valérie M. évoque la quête de fonds que menait Charb pour renflouer les caisses du journal et sous-entend qu’elle pourrait avoir un lien avec l’attentat. « Il a été mis en relation avec beaucoup de personnes différentes, parmi lesquels des hommes d’affaires, notamment du Proche-Orient, avec qui il passait des soirées », raconte-t-elle. La vieille de l’attentat, Charb lui aurait dit qu’il avait par ce biais trouvé l’argent. « Une coïncidence troublante », estime Valérie M.

Patrick Pelloux, urgentiste et chroniqueur à « Charlie Hebdo« , confirme au « Parisien » que Charb, dont il était un intime, cherchait à renflouer les caisses : « Il m’avait dit qu’il manquait effectivement environ 200.000 euros dans les caisses. Je sais aussi qu’il se démenait pour trouver de l’argent, même s’il était très discret là-dessus. Il m’a dit qu’il voyait des gens riches, des banquiers, des hommes d’affaires, mais je n’ai pas su qui exactement. En tout cas, il m’avait dit une fois en riant que certaines personnes qu’il voyait n’étaient pas vraiment dans l’esprit du journal, mais ce qui lui importait, c’était de sauver ‘Charlie' ».

Lire la suite…sur 0581413984627

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :